Tiré d'un interview de Pierre Lemarquis auteur de "Portrait du cerveau en artiste"

" ... l'art mobilise les deux parties ce notre cerveau. La plus ancienne, que j'appelerai dionysiaque, est notamment le siège du désir, elle nous pousse à nous amuser, à manger, à nous reproduire : sans elle, nous ne pourrions pas vivre. L'autre, liée à Apollon, commande la faculté de raisonner, le sens des proportions, de la mesure. C'est aussi une sorte de gendarme qui régule notre vie affective et notre vie intellectuelle afin qu'elles n'interagissent pas trop. Face à une oeuvre d'art, le cerveau dionysiaque nous dit " J'aime" ou "Je n'aime pas", alors que le cerveau apollinien décide si "c'est beau" ou pas.Par exemple, notre cerveau évolué nous apprendra qu'un Rubens est beau, car les couleurs et les proportions sont belles, mais l'autre, plus instinctif, nous fera peut-être dire qu'à la maison on préférera avoir un Jeff Koons qu'un Rubens."